De la nécessité de la création d'une éducation nationale

Publié le par archaea

    Pour une réforme de la forme et du fond des enseignements actuels. Je cherche à me construire une idée sur le système éducatif, tous les commentaires constructifs sont donc les bienvenus...


Certaines disciplines ont déjà pour objectif une éducation complète soit : formation, instruction, éducation (définie par les textes officiels de l'éducation nationnale). On parle alors d'éducation civique et d'éducation physique. Ces disciplines ont un objectif éducatif qui dépasse la simple acquisition de contenuscolaire par les élèves (comprendre les institutions et leur fonctionnement, amené l'élève à une pratique raisonnée dans l'avenir par exemple).


Réussite éducative contre réussite scolaire

Ces disciplines mettent en avant et pronent la réussite éducative dans sa globalité de par leurs objectifs. La réussite scolaire corresponds pour sa part à l'obtention simple de la moyenne, dans les évaluations actuelles : normé, centrée sur le savoir savant. La réussite éducative a pour but de former un individu complet pour lui même et pour la société dans laquelle il va vivre, parce que l'élève est un citoyen en devenir (bien qu'il soit un consomateur aguéri dès le plus jeune age). La réussite scolaire dédaigne toute prise en compte de l'apprentissage au delà des savoirs savants, en se cachant derrière l'équité de l'évaluation et le fait que l'acquisition de processus s'infirme alors que l'acquisition de produit se confirme par l'intérrogation. Toutefois la réussite scolaire doit rester un champ de la réussite éducative.

La réussite éducative englobe et dépasse la réussite scolaire, c'est elle qui doit être valorisée et prise en compte au cours de la scolarité de l'élève.


Modifier un sytème

L'objectif des disciplines et de l'école ne peut plus être de "gaver, mais de donner faim"!, pour reprendre les propos de Michel tardy. Dès lors il est nécessaire de repenser les mathématiques, par exemple, avec d'autres matières scientifiques comme "éducation au raisonnement scientifique", s'il fallait donner un intitulé pour ceux-ci. Ce changement de nom entrainera un nécéssaire changement dans les propositions faites aux élèves. Cela servira le décloisonnement des disciplines d'enseignement dans le secondaire et augmentera le travail en équipe pédagogique (voir idée pour une modification de la formation des enseignant) . Ce nouvel environement scolaire, avec une approche plus global, doit, de par sa forme, contraindre à une remise en cause des pratiques enseignantes et des pratiques d'aprentissage des élèves. Cela pour viser une construction stable des savoirs par l'élève.

Exemple : Pourquoi ne pas envisager des cours magistraux à 50 ou 60 élèves dans des grandes salles et des travaux en binome (professoral) pour les autres cours en plus petits effectif. (voir De l'augmentation du temps de travail des profs, les cours à 60 serviront à récupérer des heures d'enseignement). En binome on peut envisager des travaux comme ceux approcher par les itinéraires de découverte : SVT-EPS, histoire- français... "Mélanger" les matières s'envisage pour que les élèves manipulent leurs savoirs et en finissent avec les "cases à savoirs" propre à chaque entité scolaire (cloisonnement qui crée aussi actuellement des problèmes au sein de l'unité des équipes péda). Il "faut en finir" (un peu populiste mon truc mais bon...) avec les cours où l'on apprends pour la note et l'on oubli après, même si cela permet à certains profs de garder le controle sur leur classe en agitant cette épée de damoclès "taisez vous ou c'est interro surprise!!!". Le décloisonnement peut aussi s'envisager de manière horizontal, pour construire enfin une réelle pédagogie différenciée et permettre à chacun d'avancer à son rythme : être en 3ème en math et en 5ème en français serait-ce si absurde? (les noms de disciplines sont les noms actuels, questions de repères... ;))


Réussite éducative et exigence

Cette approche de l'éducation complète est plus exigente envers les élèves car les savoirs seront utiles à chaque instant dans n'importe quel cours. Ceci sous entends un réel apprentissage, un travail important. Mais par là même plus exigent pour les profs, car responsables de cet apprentissage des élèves. Il ne doit plus s'agir de conditionner les élèves : apprentissage : interro : vomissage, oubliage. D'ailleurs si l'on prend n'impote quelle définition de l'apprentissage le long terme y apparait (Reuchelin, psychologie, 1986). Ceci met en évidence un paradoxe immense de l'éducation actuelle : les élèves sont évalués sur les savoirs sous couvert d'équité, mais ce ne sont pas ceux-ci que les élèves conserve au delà de l'école mais bien ce sur quoi il ne sont pas évalué!? Il faut que les élèves trouvent une utilisation logique à leur savoirs, un moment adapté à leur utilisation et ceci tout au long de leur scolarité. Le decloisonnemt et la globalité de l'enseignement le permet. Il est cependant impensable de faire disparaître toute transmission de savoir sous forme de cours (la formule "transmission de savoir" étant uniquement adaptée au cours magistraux)  comme il en existe actuellement, parce que pour utiliser ces savoirs il faut en avoir une présentation a priori. (d'où les cours à grands nombres d'élèves). L'exigence du travail de l'enseignant réside en la construction de tache couplant la mise en relation de plusieurs champs scolaire pour trouver une solution.


Réussite éducative et objectif d'éducation

Le but est clairement de faire entrer l'élève dans une démarche d'apprentissage centrée sur sa relation au savoir, ce qui entraine des modifications dans la vision que l'on a du système éducatif. L'élève a sa sortie de l'école, que ce soit le soir même ou après l'obtention de son diplôme, devra être en mesure de continuer à se former de son propre chef, et d'améliorer ainsi sa citoyenneté, de comprendre le monde dans lequel il vit et/ou vivra grâce aux outils d'analyse construit à l'école.



L'idéal est de permettre à tous et à chacun d'être un citoyen autonome et lucide, ce qui sous entends une grande culture générale pour comprendre et s'orienter dans la société.

Ce ne sont donc pas les finalités même de l'éducation qu'il s'agit de faire évoluer mais la réalité de l'atteinte de ces finalité!

 

des propositions faites par Meirieu : ici sur éducation et politique


 

J'attire votre attention sur un nouveau projet de decret sur les services enseignants : voir ici

Publié dans éduca-tic

Commenter cet article