Quand les valeurs 68-hard sont déconstruites par les nouvelles générations...(ep 1 : le kapitalisme libéral)

Publié le par archaea

Quand les valeurs 68-hard sont déconstruites par les nouvelles générations...



De la construction du kapitalisme libéral


Ils pronaient la culture de la différence, revendiquaient vivre autrement... Ils ont fait le capitalisme libéral globalisé.


    Aujourd'hui tout le monde aspire à l'unicité et au non-conforme. Cela engendre une course à la consomation pour être toujours différent. L'offre étant globalisée, les produits proposés sont de plus en plus identiques, paradoxelement, alors pour être différents des autres il nous faut changer de produits de consomation (fringues, appareils électroniques, ...) souvent. La globalisation a en outre ouvert une nouvelle colonisation : colonisation économique. Celle-ci a pour conséquence que les gens des pays pauvres aspirent à une occidentalisation de leur mode de vie pour plus de confort (légitime) : ils souhaitent être pareils à l'extérieur et nous différents à l'intérieur. Le kapitalisme libéral s'est implanté tout autour de la planète et profite de la moindre aubaine pour produire de la différence qu'il s'est, préalablement, approprié (brevet sur les plantes médicinales, exportation de tissus particulier, ...) et la vendre à ceux qui veulent voir un mode de vie unique s'imposer à la terre entière : the occiendentalis way of life.

    La différence s'acquiert au travers d'une consomation toujours plus importante. Et ceci que l'on soit riche ou pauvre. La conséquence étant que les pauvres s'endettent pour l'achat de babioles décrites comme indispensables : appareils photo numériques en 3 fois sans frais, téléphone portable qui fait MP3-radio-camescope-appareil photo-télé-éclairage-ordinateur pour 150 euros!? Si le conformisme des années 50 était detestable pour le manque de liberté et l'abrutissement des masses qu'il véhiculait au travers d'un pale reflet du « meilleur des mondes » (aldous huxley); le conformisme des années 2000 peut absorber la même critique car la seule liberté que nous ayons n'est pas d'être créatif, mais bel et bien d'assemblé différement différents éléments identiques entre eux. La logique consumériste a permis de faire vivre un idéal de différence et a permis la construction d'un nouvelle ordre économique globalisé : le kapitalisme libéral. (voir De la construction des règles). Tout liens entre cet idéal de différence libéré et la logique de libre concurrence, proné par le projet de traité européen, est loin d'être fortuit.


    Les hipis critiquaient le conformisme de masse des années 50, ils en ont crée un autre : c'est être différent qui est désormais conforme et le système en vie plutôt bien... au détriment des personnes qui le font vivre! Faut il pour autant proné un retour au conformisme comme le font les Royaliste ou sarkona? Certainement pas...




Ce premier article aura pour suite dans la série "Quand les valeurs 68-hard sont déconstruites par les nouvelles générations" :

Episode 2 : De la reconstruction des règles (dimanche 5 novembre)

Episode 3 : De la découverte d'un monde fragile (lundi 6 novembre)

Episode 4 : De l'éternelle place des jeunes (mardi 7 novembre)


L'idée est d'évoquer une thèmatique qui me semble importante une fois par jour, pour l'instant ce ne sont que des titres mais je vais essayer de produire les contenus pour les jours indiqués...

 


Publié dans poli-tic

Commenter cet article