De la modification des formes et modalités d'enseignement. MAJ : 27/12/2006

Publié le par archaea

Suite de : De la fin des cours magistraux pour la fin de tous
Dans la continuité de : De la nécéssité de la création d'une éducation nationale


Cet « article » va être très cours car ces propositions sont en devenir parce que contrairement à ce qu'il se fait actuellement il est nécessaire de faire des propositions qui soient dès le début envisagée comme DEVANT évoluée. Aucune réforme ne trouvera de solution définitive, bien que trop de monde attende des proposeurs des solutions à court terme qui perdure dans le temps.


Modification de la logique du collège actuel (27/12/2006)

 Envisager aujourd'hui comme un petit lycée, le collège doit se défaire de son carcan rigide d'apprentissage au même rythme pour tous. La mise en place de modules par matière ou par groupe de matière, selon si l'on veut une éducation globale ou découpée, devra permettre aux élèves d'évoluer, d'apprendre à leur vitesse. Les élèves pourront alors être en 5ème en math et en 3ème en anglais (s'il fallait faire des comparaisons par rapport aux matières actuelles). Le redoublement n'aurait plus lieu d'être, puisque seul la validation de modules permettra de franchir une étape.


Aménagement des emplois du temps élèves (18/11/2006)

La première des idées est le réaménagement du temps de travail des élèves. Actuellement, ils font en moyenne entre 25 et 30 h par semaine. On sait que les moments d'attention des élèves sont plus matin et en début de soirée, que cette attention décline dans la semaine. On pourrait aller jusqu'à dire que de 8 à 10 on se réveil, de 10 à 12 on a faim, de 14 à 16 on digère, de 16 à 18 on veut partir... c'est abusé mais c'est grosso m....o ce qu'on disait il y a quelques années de ça!

Donc pour ce point je ne sais trop quoi faire... (voir : de l'augmentation du temps de travail enseignant)


Modification des méthodes dans les cours(18/11/2006)

Si l'on arrive à en finir presque complètement avec les cours magistraux, je suis d'avis aussi de réduire le nombre d'élève par classe à 15 pour avoir un travail digne de ce nom, la possible mise en place de projet, un suivit correct des élèves, une vraie pédagogie différencié... enfin pouvoir mettre en place une partie de ce qui est dans les texte depuis 15 ans...


Modification de la durée des cours(18/11/2006)

La durée des séances devrait être portée à 1h 30 systématiquement pour que les élèves comme les enseignants est le temps de s'intaller et de commencer le cours autrement que comme des fous presser par le temps... la rentabilité dans l'éducation ça ne paye pas! Il ne peut y avoir de séance inférieures à 2 h en EPS (surtout quand les installations sont loin de l'établissement)


Modification des pratiques d'intervention(18/11/2006)

Les temps de cours en commun à deux enseignants pour amener les élèves vers une éducation plus complète (voir De la nécéssité de contruction d'une éducation nationale). Les deux enseignants interviendraient alors avec 30 élèves sur des projets regroupant les deux enseignements, sachant que les enseignements ne se découperont plus comme aujourd'hui (voir : De la modification de la formation des enseignants).


Modification des salles de cours et salle de travail(18/11/2006)

Il semble impératif de créer des lieus fait pour le travail enseignant, et pour le travail des élèves : simple réorganisation de l'existant (vu le contexte ca serait mieux). Il reste à voir s'il serait bon de faire des salles communes ou non?! Cela permettrait aux élèves d'avoir accès à une source de savoir en plus, participer de la construction d'une communauté éducative?!

La fin des salles de cours construisant un rapport hiérachique: prof face aux élèves. Ceci est une conséquence directe de la fin des cours magistraux (voir De la fin des cours magistraux pour la fin de tous). Des salles en U, où tous le monde se fait face semble plus appropier à des cours pronant la construction des compétences par les élèves... Partir de l'existant est aussi envisageable.



Ces volontés de modification appelle plus à des réformes dans la forme que la structure. Elles se veulent être pragmatique et n'entrainant pas des augmentations de budget considérable, surtout qu'une meilleure éducation nationnale aurait pour conséquence de diminuer le budget de l'intérieur par exemple..


 

Sur un autre blog : Une analyse des condition de travail élèves interessante :

L'école, cabane à lapins

Publié dans éduca-tic

Commenter cet article